Conseils de dégustation

Déguster oui ! Mais déguster comment ?

A l'occasion de visites dans les châteaux ou à la Maison des Vins de Graves, lancez-vous sans complexe et commencez simplement. Sachez dire « j'aime »  ou «  je n'aime pas », puis essayer d'expliquer « parce que… ». En conclusion, revenez à la notion de plaisir « ce vin m'a fait plaisir / ne m'a pas fait plaisir » donc « oui, j'achète / non, je n'achète pas ».

Vous voulez progresser ?

Avec vos yeux : maintenez le verre devant une surface blanche pour observer la limpidité (transparence) ou la turbidité (trouble, opacité) du vin ainsi que la couleur (robe).

Avec votre nez : humez sans remuer le verre. Ces premiers arômes sont la carte d'identité du cépage. Ils sont généralement fruités, ce sont les plus volatils.
Remuez ensuite le verre délicatement pour donner un mouvement de rotation au vin : les arômes secondaires se livrent. Ils proviennent de la fermentation alcoolique.
Après une grande aération, prêtez attention aux arômes tertiaires : ce sont les arômes de vieillissement. Ces arômes sont souvent prune, pruneau, vieux bois, rancio et madérisé.

Avec vos papilles : mettez en bouche une faible quantité de vin et gardez-le. Aspirez un filet d'air et faîtes circuler le vin dans la bouche.
Prêtez attention aux saveurs (acidité, amertume, sucré, salé), à l'équilibre du vin et à la longueur en bouche du vin (saveur finale qui persiste en bouche après avoir rejeté ou avalé le vin).

Utilisez les mots comme « structuré, construit, charpenté, équilibré, corpulent, élégant, fin, riche… » pour définir vos sensations. La bouche est aussi sensible à la température du vin, à sa viscosité, à la présence (ou l'absence) de gaz carbonique et à l'astringence : pensez à en parler.
Enfin et surtout, questionnez le viticulteur ou le caviste, ils seront heureux de vous guider dans vos premiers pas de dégustateur et n'oubliez pas qu'eux aussi, ont débuté un jour !

Recracher, c'est déguster !

Nombreux sont ceux qui pensent qu'avaler le vin aide à mieux le déguster. Il n'en est rien car les papilles se trouvent sur la langue et non dans l'estomac !
De plus, afin de pouvoir déguster et comparer plusieurs vins et châteaux sans risque d'alcoolémie, recracher dans les crachoirs prévus à cet effet dans les propriétés ou les caves ne fera pas de vous un grossier personnage mais un amateur averti !
Alors osez, c'est pour la bonne cause !